Bien-être animal - Entrée en vigueur du Code wallon

Entrée en vigueur du Code Wallon du bien-être animal depuis le  1er janvier 2019

L’animal est désormais considéré comme un être sensible qui possède des besoins qui lui sont spécifiques selon sa nature. Le premier Code wallon est entré en application au 1erjanvier et définit les conditions de détention et d’hébergement des animaux. Désormais, il faut être détenteur d’un permis afin de pouvoir être propriétaire d’un animal. Désormais, il faut être détenteur d’un permis afin de pouvoir être propriétaire d’un animal. Tout citoyen majeur est d’office détenteur de ce permis « virtuel » : il n’y a pas de papier à retirer à l’administration communale. Il en sera privé s’il se rend coupable de maltraitance.

L’abandon, la négligence, la maltraitance des animaux sont interdits tout comme l’entrave à leur liberté de mouvement. La mise à mort des animaux et l’expérimentation animale sont strictement réglementées. Il devient interdit d’organiser des combats d’animaux ou des exercices de tir sur animaux ainsi que d’utiliser des équidés dans un hippodrome de kermesse. Seuls les animaux domestiques (selon définition dans le Code wallon) peuvent désormais être utilisés dans les cirques. L’installation ou la mise en service de cages pour l’élevage de poules pondeuses est interdite. La publicité visant la commercialisation des animaux est également fortement limitée et les animaux ne peuvent plus être vendus à des mineurs.

Un Fonds budgétaire du bien-être des animaux a également été créé. Il servira notamment à la participation au financement de travaux  effectués au sein de refuges. Ce Fonds sera entre autres alimenté par les coûts d’identification et d’enregistrement des chiens et des chats, qui sont également devenus une obligation pour les propriétaires.

Toutes les informations sur la législation en vigueur sont disponibles sur le site http://bienetreanimal.wallonie.be/home.html

 

A l’approche de l’hiver, nombre de citoyens s’effraient de voir des MOUTONS DANS LE FROID.

Or, selon une étude menée par des scientifiques français pendant l’hiver 2015, il a été établi que les moutons qui disposent de suffisamment d’eau et de nourriture sont bien dehors. Et la seule herbe de la prairie peut parfaitement nourrir un mouton en hiver. Qui plus est, par temps froid, les besoins en eau de l’animal diminuent. Une bonne part des besoins en eau d’un mouton adulte non allaitant est apportée par l’eau contenue dans l’herbe pâturée.

La réponse du point de vue de la loi est claire: un abri naturel peut suffire.
Plus spécifiquement en matière d’abri au pâturage, le Code wallon du bien-être animal stipule uniquement que « Tout animal détenu en extérieur dispose d’un abri naturel ou artificiel pouvant le préserver des effets néfastes du vent, du soleil et de la pluie. A défaut d’un tel abri et en cas de conditions météorologiques pouvant porter atteinte à son bien-être, l’animal est déplacé dans un lieu d’hébergement adéquat. ».

Communication du Collège des Producteurs

 

Liens directs - Footer

  Guichet éléctronique Téléchargements